L'ancienne gendarmerie bradée

La crise du logement à Dreux est indéniable. 1300 dossiers étaient en attente à l'OPAC de Dreux en début de cette année 2007. Un rapport du SCOT - schéma de cohérence territoriale - a de plus souligné le décalage entre l'offre (les prix de l'immobilier ont triplé) et la demande (la majorité des Drouais ne pouvant plus se loger dans ces conditions).

C'est dans ce contexte que la majorité UMP a décidé de vendre le 08 Février 2007, pour un montant de 796 000 €, le terrain et les immeubles situés 4 rue Saint Thibault et 23-25 rue d'Orfeuil à un promoteur, la société COGEDIM. Il s'agit des anciens emplacements de la gendarmerie et de la prison.

Pour mémoire, les toitures des bâtiments ont été totalement refaites en début de mandat aux frais des Drouais.
Il a d'abord été question d'y aménager une " Maison de la Justice " avec des bureaux pour des avocats. Il y a seulement quelques mois, au cours d'un conseil municipal, Gérard Hamel, m'assurait qu'il n'avait plus de projet pour cet ensemble. La vente à un promoteur était présentée et votée… au conseil municipal suivant !
Au-delà du manque de transparence, je ne peux que regretter, cette fois encore, l'incohérence de la politique municipale, qui a comme résultat de finalement démolir des bâtiments après d'importants travaux.

La majorité UMP a manqué une nouvelle opportunité d'installer la mixité sociale en centre ville, en réservant une partie du programme pour des logements accessibles à plus de Drouais. Avec une réelle volonté politique, de telles réalisations sont pourtant possibles.
A titre d'exemple : la ville de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis a ainsi contrôlé des programmes immobiliers gérés par la société " Pierre Etoile ". Si la majorité l'avait souhaité, ce promoteur qui construit à Dreux le Belvédère et l'îlot Viollette, l'aurait réalisé dans les mêmes conditions.

Par ailleurs, la création d'une activité commerciale à cet endroit, avec des magasins en rez-de-chaussée reliant la rue d'Orfeuil et la rue Saint Thibault, aurait permis d'aménager une promenade " d'achats " et de mieux répartir l'activité commerçante. Le centre ville ne doit pas se cantonner à la Grande rue Maurice Viollette. Avec ces nouveaux commerces, les visiteurs auraient été invités à poursuivre leur promenade.
Cet aménagement avait aussi l'intérêt de créer un circuit touristique du centre (Beffroi, église St Pierre, Hôtel Dieu) jusqu'à la Chapelle Royale les reliant par cette nouvelle voie au chemin de ronde.

Au lieu de tout cela, 49 logements sortiront de terre. La devise de la COGEDIM, promoteur immobilier haut de gamme, est : " une nouvelle vision de marque : celle du Beau érigé en Art de Vivre ". Voici un rêve que bien des Drouais toucheront seulement avec les yeux !

Cliquez pour agrandir l'image


Copyright (C) 2014. Tous droits réservés.Dernière mise à jour : samedi 16 avril 2016